BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS
LE FORUM DU BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les possédées de LOUDUN
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum -> LOUDUN et ses proches environs -> LOUDUN
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
FILOU86



Inscrit le: 06 Oct 2007
Messages: 4 693

MessagePosté le: Ven 19 Fév - 23:29 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

Revue du message précédent :

Ci dessous un reportage fait par le Loudunaute hier lors de la venue de Franck Allera à Loudun.



Ci dessous le lien du Loudunaute.

http://www.loudun.net/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger MSN
Publicité






MessagePosté le: Ven 19 Fév - 23:29 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
patoche
Vraiment Motivé
Vraiment Motivé

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2009
Messages: 1 517
Localisation: chalais
Date de naissance: 26/05/1950
Masculin 猴 Singe
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 4 148
Moyenne de Renaudot(s): 2,73

MessagePosté le: Sam 20 Fév - 14:21 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

c' est vrai que ça foue les fois cette terrible affaire politico judicière au IVIIeme siècle entre
un politique super puissant et un pauvre curé de province (rien a voir avec l affaire clearstream)
et Urbain , me fait quand même de la peine , car on sent confusemment qu il est victime d un rouleau
compresseur , qui l écrase inexorablement : ben quoi , il était bel homme, mais surtout éléctron libre
et charismatique de sa ville et surtout trop copain avec les protestant de Loudun qui étaient les bêtes
noires de Richelieu et trop prêt de son fief ... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
_________________
j'aime bien tout .......et le reste !!!


Revenir en haut
ICQ AIM
nana86
Super Modérateur
Super Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2009
Messages: 1 057
Localisation: LOUDUN ( la vie change)
Date de naissance: 11/04/1958
Féminin Bélier (21mar-19avr) 兔 Lapin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 2 500
Moyenne de Renaudot(s): 2,37

MessagePosté le: Sam 20 Fév - 18:25 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

un petit extrait de LOUDUN HISTOIRE CIVILE ET RELIGIEUSE

on parlait beaucoup a Loudun du cure Saint Pierre du Marché. Mme de BELCIER, en religion Soeur JEANNE DES ANGES, proposa a URBAIN GRANDIER la direction du couvent. Celui ci refusa, prétextant ses nombreuses occupations. Jamais donc URBAIN GRANDIER n'avait eu de relations avec les Ursulines, lorsque commença la malheureuse affaire des posséssions.

PAR DEDUCTION / SI TU VEUT PAS BAISER,TU TE FAIS CRAMER
_________________
Un ami sincère vaut plus que de l'or,
car au fond de son coeur, il ne veut que notre bonheur.


Revenir en haut
Felip
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2009
Messages: 173
Localisation: Loudun
Date de naissance: 14/02/1959
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 598
Moyenne de Renaudot(s): 3,46

MessagePosté le: Sam 20 Fév - 22:09 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

Il y a même eu une pièce de théâtre (drame historique) intitulée Urbain Grandier, jouée pour la 1ère fois à Dijon le 6 mars 1834 et écrite par un certain Joseph Drague.....
En voici 2 extraits (Urbain Grandier) :


"Assez et trop long-temps vous avez fait connaître
Que vous vouliez ici tyranniser en maître.
Vous avez employé les forfaits, le poison,
Astuce, calomnie, attentats, trahison,
Pour éloigner tous ceux qui vous portaient ombrage.
Je saurai mettre un terme à cet excès de rage.
Cessez de faire ici d'inutiles efforts :
Craignez qu'à vos forfaits succède le remords.
Abandonnez Loudun, abandonnez la ville,
Allez loin de ces murs implorer un asile.
Vous avez dirigé des peuples ignorans
Avec la cruauté qu'exercent les tyrans.
Mais ne vous flattez point d'une vaine chimère;
Pour vous s'éclipsera ce pouvoir éphémère.
Le peuple de Loudun, devenant plus instruit,
Saura de mes leçons retirer quelque fruit;
Et bientôt, découvrant vos trames hypocrites,
Avec vous chassera vos lâches acolytes."



"Qu'on m'écoute à mon tour!
Je vais tout découvrir : car ma perte est certaine...
Je sais que mon rival vous demande ma peine;
Je sais que des brigands, vendus à Richelieu,
Souillent la majesté de cet auguste lieu;
Je sais qu'au cardinal l'on demande ma tête,
Et que, dans ce moment, mon supplice s'apprête
Je le sais : le péril n'ébranle point mon cœur!
Devant mes ennemis je n'ai point de terreur.
Mais vous, juges vendus, dont ce palais se peuple ,
Craignez de provoquer le courroux d'un grand peuple!
S'il s'arme, c'en est fait : il saura vous flétrir.
Instruit de vos complots, il saura les punir.
 C'est moi qui, dès long-temps dévoile vos intrigues;
C'est moi qui vous trahis, vils auteurs de ces ligues;.
C'est moi qui, me montrant incapable d'effroi,
Ai voulu l'éclairer, l'instruire sur ses droits.
Il a les yeux ouverts sur vos projets sinistres ;
Envain vous mendierez la faveur des ministres :
Encore un attentat! et de vous c'en est fait!
Et ce sera du moins votre dernier forfait!
D'ailleurs le cardinal à la haine est en butte.
Si Louis à Gaston accorde enfin sa chute,
En vain de votre roi vous armerez le bras.
Le roi de France règne, et ne gouverne pas!...
Mais je suis accusé : dois-je donc me détendre
De toutes les horreurs que vous venez d'entendre?
Non, je ne le dois point : apprenez que Grandier
Vous laisse vos remords pour le justifier.
Et puisque, dans ces lieux, n'écoutant que la rage ,
Le parjure Mignon et m'accuse et m'outrage.
Disposez de mes jours, puisqu'il vous faut ma mort!
Innocent, je mourrai : vous envierez mon sort. "

Le texte est consultable ici : http://books.google.fr/books?id=KIOzMES-lJAC&printsec=frontcover&so…


Revenir en haut
Felip
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2009
Messages: 173
Localisation: Loudun
Date de naissance: 14/02/1959
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 598
Moyenne de Renaudot(s): 3,46

MessagePosté le: Dim 21 Fév - 19:29 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

Alexandre Dumas a écrit également sur l'affaire.... On retrouve dans "Crimes Célèbres" quelques pages sur Urbain Grandier.
Voir ici, dans le tome 4 page 91 à 232... Attention, le tome 3 et le tome 4 se suivent !
http://books.google.fr/books?id=KLPgBE4xNYIC&printsec=frontcover&so…



Revenir en haut
Felip
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2009
Messages: 173
Localisation: Loudun
Date de naissance: 14/02/1959
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 598
Moyenne de Renaudot(s): 3,46

MessagePosté le: Dim 21 Fév - 19:51 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

Alexandre Dumas a écrit aussi une pièce de théâtre intitulée Urbain Grandier. je n'ai pas encore trouvé le texte sur le net.... mais je ne désespère pas!
En tous les cas, voici la critique qu'en fait Théophile Gautier dans "Histoire de l'art dramatique depuis 25 ans..." :

"AVRIL 1850. — Théàtre-Historique : Urbain Grandier, drame de MM. Alexandre Dumas et Auguste Maquet.

2 avril.

Théatre-historique. Urbain Grandier. — Voici, sans contredit, le plus beau drame et le plus pompeux spectacle que le Théâtre-Historique nous ait offert depuis son ouverture; imaginezvous la fable la plus intéressante, jointe à la mise en scène la plus splendide ; les péripéties du boulevard et les magnificences de l'Opéra ; le génie d'un des plus grands poêles de ce temps et de son illustre collaborateur, secondé par tous les prestiges de la décoration scénique; et puis ajoutez à cela les différents genres des œuvres théâtrales réunis dans une seule œuvre, la tragédie coudoyant le ballet, le drame s'enchevêtrant dans la comédie, et toute cette variété de détails se filigranant avec un art suprême dans un ensemble unitaire et harmonique ; et vous comprendrez alors l'éclat et la valeur du nouveau fleuron que MM. Dumas et Maquet viennent d'ajouter à leur couronne dramatique : perle désignée dans leur ébouissant ëcrin, sous l'étiquette d'Urbain Grandier.

La main du grand maître se révèle dès les premières scènes; l'exposition, vigoureusement conduite, ne laisse pas languir un seul instant l'attention de l'auditoire; l'intérêt naît, augmente, se développe avec chacun des nouveaux personnages qui paraissent tour à tour, et tout ce monde là devient bientôt si réel, si vivant; on sent si bien les cœurs battre sous ces oripeaux de soie et de velours; on est tellement subjugué par les effets de ce galvanisme de l'art ressuscitant les morts, nous initiant à leurs mystères, à leurs passions, et nous les montrant tels qu'ils devaient être quand le souffle de la vie animait leurs poitrines; on Unit par s'intéresser si vivement aux fantômes qu'évoque la magie du poète, qu'on les prend pour les individualités bistoriques dont il a voulu remuer les cendres, et qu'on assiste réellement à toutes les catastrophes qui conduisirent à l'échafaud l'infortuné martyr de Loudun.

L'action ne tarde pas à se nouer d'une façon hardie, et hardie même pour le drame moderne, ce grand pourfendeur passé maître en hardiesse. Urbain Grandier a embrassé la vie religieuse par un désespoir d'amour : la supérieure des Ursulines est éprise du jeune moine; c'est elle qui enferme sa fiancée, Ursule de Sablé, au fond d'un horrible souterrain, car Ursule n'est pas morte, elle est enterrée vivante; or, Urbain exerce une puissance inexplicable pour luimême sur son jeune frère; et c'est ce frère qui, sous l'influence du magnétisme, amène Urbain dans le caveau, où il retrouve la bieuainiée de son cœur.

Cette histoire des amours d'Urbain Grandier est entremêlée de l'épisode des amours du comte de Sourdis et de Bianca, jeune et noble Italienne, que sa famille veut enfermer malgré elle dans un cloître; Bianca se débat et résiste en vain; l'heure de sa prise de voile est arrivée ; déjà le ciseau fatal va couper ses cheveux, déjà le voile de la nonne est étendu sur sa tête; en ce moment, le comte pénètre dans l'église, s'élance au milieu de la foule, l'épée à la main, et veut arracher Bianca à ses bourreaux mystiques; un prêtre ordonne alors au comte de se retirer, s'il ne veut avoir le poing coupé pour avoir tiré l'épée dans une église; et, un instant après, le frère de Bianca, caché derrière un pilier, s'avance en montrant un ordre du cardinal Richelieu, qui enjoint de continuer la cérémonie. Bianca n'a plus qu'à se résigner, quand Urbain Grandier apparaît comme un libérateur pour elle, et, parlant au nom de Dieu, qui est plus encore qne le cardinal, déclare que la jeune fille doit être rendue à son amant, parce qu'il est plus agréable à Dieu qu'elle soit une bonne épouse qu'une mauvaise religieuse.

Cette désobéissance d'Urbain Grandier aux volontés de Richelieu, cette audace généreuse qui le pousse à travers I;i puissance du formidable cardinat-duc, voilà la première cause de la perte du savant el poélique prêtre ; puis, comme l'autorité sacerdotale vient l'arrêter pour cette infraction à la discipline religieuse, on découvre, avec une sainte horreur, une femme cachée dans sa cellule : c'est Ursule de Sablé, qu'Urbain Grandier a retirée de son caveau funéraire. Nouveau sujet de culpabilité.

Puis, enfin, dans la dernière partie du drame, se déroulent tous les incidents de cet étrange procès intenté par la superstition à la science : aux charges' accablantes qui précèdent vient se joindre l'accusation de sorcellerie, cette opiniâtre croyance du moyen âge qui, vers la même époque, conduisait aussi à l'échafaud la spirituelle et infortunée maréchale d'Ancre; ainsi qu'elle fut brûlée en place de Grève, Urbain Grandier monle sur le bûcher de Loudun. Rien ne peut le sauver, ni le courageux dévouement de son frère, ni la passion tour à tour fatale et tutélaire de la supérieure des Ursulines, qui travaille au salut d'Urbain, après avoir travaillé à sa perle. Ces derniers tableaux du drame, encore supérieurs à ceux du commencement et du milieu, abondent en situations saisissantes, en effets de terreur et de larmes. Le dénouement seul aurait suffit à établir un éclatant succès.

Nous ne parlerons pas de la couleur locale; chaque détail comme chaque costume est de la plus parfaite exactitude sous ce rapport, Nous ne dirons rien non plus du mérite littéraire de l'ouvrage ; quel éloge ne serait aujourd'hui banal pour Alexandre Dumas, quand le papier de ses œuvres, déployé page par page ferait le tour de la France, et quand l'esprit de ces mêmes œuvres fait aussi le tour du monde?...

Nous nous bornerons à dire qu'au point de vue de la pièce amusante, Alexandre Dumas n'a rien fait de mieux réussi qu'Urbain Grandier, depuis et y compris la Tour de Nesle.

La belle troupe du Théâtre-Historique a fait assaut de talent dans l'exécution de cette biographie dramatisée."


Revenir en haut
Felip
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2009
Messages: 173
Localisation: Loudun
Date de naissance: 14/02/1959
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 598
Moyenne de Renaudot(s): 3,46

MessagePosté le: Dim 21 Fév - 20:10 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

En cherchant bien.... Voici le drame historique "Urbain Grandier" d''Alexandre Dumas :
http://books.google.fr/books?id=vYYtAAAAMAAJ&pg=PA1&dq=urbain grand…


Revenir en haut
t vignol
Tytanesque
Tytanesque

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2008
Messages: 5 667
Localisation: mars
Date de naissance: 20/06/1968
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 12 614
Moyenne de Renaudot(s): 2,23

MessagePosté le: Ven 20 Aoû - 07:24 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

« Les Diables…rient » à Loudun


LOUDUN (86) – VENDREDI 20 & SAMEDI 21 AOÛT 2010
1ère Edition : Festival « LES DIABLES…RIENT»
Rencontres – Animations et Spectacles GRATUITS
———Pour découvrir le programme… Lire la suite »


les diables  rient rien a voir avec  la vache qui rit!!!
_________________
On peut rire de tout, oui, mais pas avec n’importe qui.


Revenir en haut
patoche
Vraiment Motivé
Vraiment Motivé

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2009
Messages: 1 517
Localisation: chalais
Date de naissance: 26/05/1950
Masculin 猴 Singe
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 4 148
Moyenne de Renaudot(s): 2,73

MessagePosté le: Ven 20 Aoû - 14:47 (2010)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

moi , ça m ennuie un peu qu'on fasse une fête sur un évennement aussi triste que le martyr
de ce pauvre Urbain !!!! Crying or Very sad
_________________
j'aime bien tout .......et le reste !!!


Revenir en haut
ICQ AIM
ludic72
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2012
Messages: 2
Localisation: valenciennes
Date de naissance: 16/08/1972
Masculin Lion (24juil-23aoû) 鼠 Rat
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 10
Moyenne de Renaudot(s): 5,00

MessagePosté le: Sam 1 Sep - 14:37 (2012)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

Est-ce que quelqu'un connaît l'écrivain Onésime de Clairville, natif de Loudun et auteur probable du Gascon extravagant en 1637 ?
Cordialement


Revenir en haut
pictavius
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2012
Messages: 108
Localisation: Ile de France
Date de naissance: 30/12/1952
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 681
Moyenne de Renaudot(s): 6,31

MessagePosté le: Dim 2 Sep - 23:25 (2012)    Sujet du message: Onésime de Clairville Répondre en citant

Onésime de Clairville est le fils d'un pasteur de Loudun, son nom est Onésime Soumain, sieur de Clairville.

Du moins dans les archives de Loudun cette famille est nommée Soumain, sieur de Clairville.
Ce sont des nobles, ils sont dits être écuyer, escuyer. Ils sont peut-être dans les "Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou de Beauchet-Filleau".


Le problème est que ces noms ont les trouve avec différentes orthographes :
    SOUMEIN, SOMMAIN, SOMAIN, SOMIN
    de Clairville, de Clerville, de Claireville

On a des informations sur son père :

CLAIRVILLE (N. DE), pasteur de Loudun en 1577, fut député, en 1584, à l'Assemblée politique de Montauban avec le ministre de Gafinières. La
même année, le roi de Navarre lui fit annoncer par La Graffinière [Gafinières ?] qu'il venait de le nommer ministre de sa maison. Clairville, à ce qu'il
paraît, ne voulut point se séparer de son église pour une place qui aurait tenté beaucoup d'ambitions ; car en 1587, il était encore à Loudun, et il ne
profita de la faveur de Henri, lors du passage de ce prince dans cette ville, que pour le décider à tenir sur les fonts baptismaux le fils d'une dame Champion.
Le roi de Navarre, qui avait pour lui beaucoup d'estime, le nomma conseiller et maître des requêtes. Ce fut en cette qualité, et non comme ministre, que sur un ordre formel du roi,
Clairville fut exempté de la taille en 1594. L'année suivante, il fut député à l'Assemblée politique de Saumur, qu'il suivit à Loudun ; puis à Châtellerault, et qui le choisit pour un des
commissaires chargés de négocier avec la Cour au sujet des sûretés réclamées par les Protestants. Clairville mourut en 1608. Son zèle pour les intérêts de
la Réforme l'avait rendu tellement odieux, qu'au rapport de l'historien de la ville de Loudun, « quelques catholiques, animés du fanatisme, foulèrent
aux pieds, avec des imprécations affreuses, la fosse dans laquelle il avait été inhumé. » Il est évident, d'après cela, que ce n'est pas du ministre de
Loudun que la Confession de Sancy parle en ces termes: « De Clairville, regrettant à la mort de s'être damné pour
acquérir quelque chose, sans toutefois avoir goûté le plaisir d'en jouir. »

L'annotateur a déjà fait observer que Sancy avait été mal informé de la mort et de la conversion de cet homme, ou bien qu'il y avait en ce temps-là deux
Clairville. Cette dernière hypothèse est la plus probable. Nous trouvons, en effet, en 1575, un Clairville enfermé dans Lusignan pendant le siége mémorable
que soutint Frontenay, et rien n'indique qu'il s'agisse de celui qui fut pasteur à Loudun. Plus tard, en 1579, parmi les députés des églises assemblés
à Montauban, figure un Clairville qui y avait été envoyé par la Saintonge, et qui est évidemment le même que celui dont parle Arcère, en le qualifiant de
ministre de La Rochelle et en ajoutant qu'il ne faut pas le confondre avec le Clairville dont il est fait mention dans la Confession de Sancy. Sur ce dernier
point, Arcère pourrait bien s'être trompé, comme il s'est trompé en avançant que Clairville fut député à Châtellerault en 1605, parles églises du Poitou. Les
actes mss. de cette assemblée (Fonds de Brienne , N° 222) ne font aucune mention de cette prétendue députation ; mais ceux de l'Assemblée de La
Rochelle parlent d'un Clairville envoyé en Angleterre, le 10 juin 1622, pour presser l'arrivée du secours.

Source :
La France protestante, ou Vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l'histoire depuis les premiers temps de la réformation jusqu'à la reconnaissance du principe de la liberté des cultes par l'Assemblée nationale ; ouvrage précédé d'une Notice historique sur le protestantisme en France ; suivi des Pièces justificatives et rédigé sur des documents en grande partie inédits. Brossier-Coliveau - par MM. Eug. et Ém. Haag
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61530653/f479


On a une trace du pasteur Claude Soumein, sieur de clairville dans :
Histoire des protestants et des églises réformées du Poitou - Par Auguste-François Lièvre
Il y a trois volumes.
Il faut chercher Claireville :
http://books.google.fr/books?id=32zLJTFwjPYC&pg=PA199&lpg=PA199&amp…

Dans le volume 3 on a une liste et présentation des pasteurs, dont les pasteurs de Loudun et Claude Soumein à la page 293.
http://books.google.fr/books?id=kc87AAAAcAAJ&pg=PA293&lpg=PA293&amp…

Le pasteur Pierre Dez (petit-fils de Lièvre) donne d'autres informations (chercher claireville dans le livre, il est cité dans 6 pages) :
Histoire des protestants et des Églises réformées du Poitou (Nouvelle édition, entièrement refondue) - Pierre Dez,..
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57740834/f141.image.r=claireville.lan…


On a d'autres informations dans les registres du pasteur Rivierre (Archives Départementales de la Vienne), registres appelés :
---> Livre d'or des protestants du Poitou par Jean Rivierre

SOUMEIN DE CLERVILLE, Claude ; nommé pasteur de LOUDUN 1566,
Influent pendant 40 ans époux de marie Geneviève FERRAND 09.02.1568 (une fille Anne mariée au prêche 1597) veuf se remariera. 
Prêchait d'abord au château de CURSAY  puis à BEAUCAY (sic : avec une cédille plus proche)  en 1580 la duchesse DE ROHAN 
viagère l'exhorte à prêche à LOUDUN  même en 1574-1575, un des pasteur enfermés au siège de LUSIGNAN  amenant l’aumônerie,
député de l'ANJOU  1581 à l’assemblée de MONTAUBAN ; en 1579 au synode national de FEGEAC ; en 1584, avec BONTEMPS 
députation avec BIZEUIL ; en 1585  choisi par Henry DE NAVARRE pour son ministère au 1er quartier de l'année nommé conseiller
et maître des requêtes comme tel en 1594  exempte de tailles. 
Réfugié à LA ROCHELLE  1585 après l'EDIT DE NEMOURS ; député 1595 à l'assemblée de SAUMUR ;
en 1597  à celle de CHATELLERAULT qui le charge d'aller près du roi lever les derniers difficultés qui retardent
l'EDIT DE NANTES de 1598 ; préside 1599, 1601, 1605, quatre synode à SAUMUR le 28.04,1599 - ILE BOUCHARD septembre 1599, mars 1605,  LOUDUN  05.03.1601, mort 1608, à LOUDUN  ou des catholiques foulent aux pieds sa tombe ;
temple commencé 1576 ;  /3176, 3177,  détruit 1577, a célébré 240 baptêmes entre février 1566 et août 1567 (registres et papiers aux ARCHIVES NATIONALES.

Voir Tome 13/6289 des registres de Rivierre

Sa fille Anne Soumein épouse Guérin Samuel, conseiller du Roy.

Ce Livre d'or des protestants du Poitou par Jean Rivierre est présenté sur le site des Archives de Poitiers, mais ils ont changé la présentation,
car il y avait des photos de livre. Bref, sous google chercher (avec les doubles quotte) :
"Livre d'or des protestants du Poitou"
Il y a une ligne Inventaire, dans archinoe.net, l'ouvrir, et dans le site qui apparait fait la recherche rivierre (rivierre et non rivière !)




Onésime Soumain, sieur de Clairville, baptise un enfant à Loudun :

Il baptise un enfant le 8 février 1636 Marché de Loudun
Soumein Claude fils Onésime Soumein, sieur de Clerville, et de De la Salle Elenor
Le parrain est De Sainte-Marthe Gaucher et la marraine Rogier Madeleine
Registre de baptême 1633-1637 - page 83 - en bas à gauche

http://www.archives-vienne.cg86.fr/639-les-registres-paroissiaux.htm








Ce Soumein Claude (dont acte de baptême ci-dessus) épousera Thuau Jeanne (fille de Jean et Amonnet Anne), il existe un contrat de mariage aux Archives de Poitiers daté du 1er juillet 1662.
Remarque : dans ce contrat Soumein Claude serait dit écuyer, de même que son père !! Ils sont dits sieur de Clairville.
Le père de l'épouse est sieur de la Thuaudière.

Thuau Jeanne, veuve de Soumain claude, abjure le 20 décembre 1685, avec ses enfant Claude et Madeleine, à Fontevraud.





Il existe un document sur la famille Soumain, c'est un inventaire après décès daté du 4 décembre 1626, notaire Thomas Aubery, l'aîné.
La cote aux Archives de Poitiers doit être : E 4/53:47 (1626)
C'est un inventaire des biens de Marie Somain, où il est dit que ladite Marie est sœur de :
Somain Elisabeth, Dorothé, Jean, Onizime et Claude (écuyer).
On apprend que ce sont des demi-frères et sœurs car Souamin Claude, le père a épousé en 1er noce Genevière Ferrant, mais pas dit qui est la 2e épouse ! Peut-être Jeanne de Ramberge ?
Dans cette minute on apprend que le droit qui s'applique est la coutume de Loudun, donc les frères et sœurs de la défunte Marie et ses demi-frères et demi-sœurs n'ont pas les mêmes droits pour la succession.
Onizime est dit être aussi écuyer.


On est à l'époque de Urbain Grandier (1590-1634)


J'ai vu que l'on se pose pas mal de questions sur Le Gascon extravagant - 1637 (anonyme)
http://www.ehess.fr/centres/grihl/Travaux/gascon_extravagant.htm

On trouve l'ouvrage en version originale :
http://books.google.fr/books?id=jeE5AAAAcAAJ&hl=fr&pg=PP1#v=onepage…



Remarque :
Le 9 juillet 1679, registre reconstitué des mariages protestants de Loudun on a le mariage entre :
Gascon Etienne (de Saint Maixent) avec Fleury Jeanne, fille de Fleury Charles et de Soumain Madeleine
Fleury Jeanne doit descendre du pasteur Soumain Claude, bon ce serait extravagant de penser que ce Gascon Etienne est le Gascon .... (pas même période).
_________________
il n'y a pas des hiérarchies il n'y a que des differences
Les membres suivants remercient pictavius pour ce message :
ludic72 (03/09/12)


Revenir en haut
ludic72
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2012
Messages: 2
Localisation: valenciennes
Date de naissance: 16/08/1972
Masculin Lion (24juil-23aoû) 鼠 Rat
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 10
Moyenne de Renaudot(s): 5,00

MessagePosté le: Mar 18 Sep - 17:36 (2012)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN Répondre en citant

merci pour ces informations. J'en connaissais un certain nombre déjà. Mon problème reste le même : que sait-on précisément d'Onésime de Clairville ? Je travaille justement à une édition critique du Gascon extravagant, mais je peine à trouver des informations précises et circonstanciés sur Onésime.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:54 (2017)    Sujet du message: Les possédées de LOUDUN

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum -> LOUDUN et ses proches environs -> LOUDUN Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème subSilver modifié par Caro