BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS
LE FORUM DU BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Curçay-sur-Dive - Histoire

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum -> LES QUATRE CANTONS -> CANTON DES TROIS MOUTIERS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
pictavius
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2012
Messages: 108
Localisation: Ile de France
Date de naissance: 30/12/1952
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 681
Moyenne de Renaudot(s): 6,31

MessagePosté le: Dim 3 Juin - 13:01 (2012)    Sujet du message: Curçay-sur-Dive - Histoire Répondre en citant

Un document dont la source est  : Société Historique du Pays de Loudunois




CURÇAY-SUR-DIVE 
   
 
 
 
 
 
 
 
ORIGINE DU NOM
 
C'est en 775, à l'occasion du don fait par Charlemagne à Saint-Martin de Tours de plusieurs biens du Poitou et notamment de Curçay, qu'apparaît ce nom pour la première fois villam Curciacum ; puis successivement :
 
  • Cruciacus (844)
  • Curciacus (862)
  • Crusaco (à la fin du IXème siècle)
  • Curiaco (926)
  • Curcaio (1104)
  • Curzaicum (1107)
  • Curchay (1115)
  • Cursay (1126)
  • Curceiaco (1140)
  • Curciacum (1146)
  • Kursai (1194)
  • Curcayo (XIIIème siècle)
  • Curçay (1383)
  • Cursay (1448)
  • Curçay (1782)

 
 
HISTOIRE
 
Avant la Révolution, Curçay faisait partie de l'archiprêtré, de la châtellenie, du bailliage et de l'élection de Loudun. Cependant, à deux reprises au moins, aux Xe et XIe siècles, Curçay a dépendu du "pays" de Thouars.
 
La baronnie de Curçay-le-Pauvre comptait autrefois trois paroisses :
------------  Saint Gervais, Saint Pierre et Saint Hilaire.
On se perd en conjectures sur l'emplacement de cette dernière église. Saint Gervais, toute proche de Saint Pierre, fut détruite en 1754 sur ordre de l'évêque de Poitiers. Quand à Saint Pierre, elle resta ouverte au culte, au moins épisodiquement, jusqu'à la fin du siècle dernier. Il n'en subsiste plus aujourd'hui que quelques murs et un magnifique portail roman. Un des curés de Saint-Pierre fut le fils de Trincant, procureur du roi à Loudun, qui prit une part importante au procès d'Urbain Grandier. Aujourd'hui, l'église paroissiale, située dans le bourg, est dédiée à Sainte Catherine : c'est l'ancienne chapelle du château. Elle date du XIIème siècle. Elle possède un magnifique autel "tombeau" dont certains prétendent qu'il servit à Urbain Grandier.
 
La Révolution avait fait de Curçay un chef-lieu de canton du district de Loudun comprenant les communes de Curçay, Arçay, Glenouze, Ranton, Saint Laon et Ternay.  Ce canton fut supprimé en 1801.
 
 
 
 
 
SAINT-LOUIS
 
Voici comment l'abbé Bleau, dans son "Précis d'Histoire sur la Ville de Loudun" (1877), raconte la visite du roi Saint-Louis à Curçay :
« Les occupations pressantes de la guerre n'empêchaient pas cet excellent prince de vaquer aux devoirs de la justice et de pacifier, par ses sentences, les troubles intérieurs de son royaume ; c'est dans ce but qu'avant de marcher contre les rebelles il fit halte à Loudun et, de là, se rendit au château de Curçay, à deux lieues de la ville où il tint pendant quinze jours un parlement de justice, écoutant les plaintes de ses sujets et décidant les affaires litigieuses avec la même équité et la même grandeur d'âme que sous le chêne de Vincennes ».
 
Nous croyons bon de préciser que Saint-Louis avait, alors douze ou treize ans. Il était accompagné de sa mère, alors régente, dont le souvenir est demeuré à Curçay en un chemin, le long de la Dive, qui porte encore le nom de "chemin de la Reine Blanche".
 
La tradition rapporte aussi que quelques seigneurs s’étant  noyés en franchissant la Dive, le roi, afin d'éviter de nouveaux malheurs, ordonna la construction du pont qu'on voit encore aujourd'hui sur le lit de l'ancienne rivière et qu'on nomme "Pont Saint Louis" ou "Pont de la Reine Blanche".
 
Le village avec ses hameaux voisins fut important. Il compta jusqu'à 1 500 âmes. C'était encore en 1801 le chef-lieu de canton. Aujourd’hui, il a environ 252 habitants, mais il a gardé du faste des siècles passés son air de petite cité.
 
Situé aux confins de trois provinces, le Poitou, la Touraine et l'Anjou, le village de Curçay a une riche histoire. Malheureusement les invasions, les successions rapides des Seigneurs, les Guerres de Religion, firent que les archives se dispersèrent. Voici cependant l'essentiel de son histoire.
 
Vous n'avez pas été sans remarquer la situation élevée du bourg de Curçay, surtout si vous être arrivé par la route de Thouars, d'où son importance stratégique. Dès les XIIe et XIIIe siècles, les anglais occupent toute la partie ouest du pays et sont aux abords de Curçay, le Vicomté de Thouars ayant fait cause commune avec l'envahisseur. La baronnie de Curçay, puis les Odart  seront eux de fidèles sujets du Roi de France, d'où L'inévitable affrontements Jusqu'au milieu du XIIe siècle, les rencontres se font en terrain découvert, et Huet de Curçay défait les Anglais au lieu dit "La Motte Bourbon".
Pour éviter de nouvelles incursions, Huet de Curçay construit le château dont la partie principale le Donjon est encore visible, ceci afin de protéger tout le Loudunais. Il s'agit d'une fortification très importante pour son époque, le donjon étant relié à trois autres tours circulaires et imbriqué avec un autre lieu défensif, le château de Maulévrier au nord.
 
Dès la période gallo-romaine, de riches villas existaient sur les bords de la Dive qui en cet endroit était traversée par la voie de Poitiers à Doué. Plus tard, à l'époque mérovingienne, des monétaires vinrent frapper des "Triens" où on lit en légende "curciaco vice" ; ceci affirme l'importance de cette localité. Dans une donation faite en 844 par Charles Le Chauve aux moines de Saint Philibert, on trouve le village mentionné sous le nom de Cruciacus. Vers 1350, Huet de Curçay fit construire une "tour et forteresse pour tenir la frontière du Pays de Loudunois". Et ceci nous montre l'importance de ce massif défensif à la fois naturel et artificiels Naturel, formé par la vallée de la Dive, qui était alors plutôt un marécage qu'un ruisseau, et artificiel par ses nombreuses constructions dont if reste encore quelques exemplaires comme furent Berrie, Curçay, Ranton, qui se dressèrent sur la colline et empêchèrent les Anglais de nous envahir pendant la Guerre de Cent Ans.
 
A quelques pas du château se trouvait la seigneurie de Maulévrier bâtie au moment de la guerre de Cent Ans. Près du village actuel de Curçay, se trouvent les restes presque complètement ruinés de l'église romane dédiée à Saint Pierre.
 
 
 
 
_________________
il n'y a pas des hiérarchies il n'y a que des differences


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 3 Juin - 13:01 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum -> LES QUATRE CANTONS -> CANTON DES TROIS MOUTIERS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème subSilver modifié par Caro