BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS
LE FORUM DU BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Fontevraud ou Fontevrault ou Frontevraulx

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum -> LOUDUN et ses proches environs -> LA REGION AUTOUR DU LOUDUNAIS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
pictavius
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2012
Messages: 108
Localisation: Ile de France
Date de naissance: 30/12/1952
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 681
Moyenne de Renaudot(s): 6,31

MessagePosté le: Dim 1 Juil - 21:11 (2012)    Sujet du message: Fontevraud ou Fontevrault ou Frontevraulx Répondre en citant



Quand je me suis intéressé à Fontevraud, j'ai bien vu qu'il était question de Fontevraud et de Fontevrault, j'avais tendance à mettre Fontevrault, car pour moi la zone des suffixes en aud
était plus à l'ouest (Sud Loire vers Nord Vendée et Nord Deux-Sèvres), il faut savoir aussi que l'orthographe des noms propres n'existait pas.
C'est ainsi qu'aux Trois-Moutiers on a le nom de famille Adiot / Adiotte / Adiot / Diot / Diotte, c'est la même famille, ce nom donne de nos jours des Adiot et des Diot qui sont cousins,
car même ancêtre, mais les aléas de l'écriture....
Pire aux Trois-Moutiers vous trouvez le nom Ducimetière qui s'écrivait début 1600 Dusepmetier. Pourquoi ? On m'a donné une explication latiniste que je ne retrouve pas, mais il est dit : cimetière, du latin coemeterium, devenu cimiterium, d'où sepmetier ???

Préfixes et suffixes marqueurs d’origine géographique par J L Beaucarnot :
http://www.beaucarnot-genealogie.com/contenu/1-assistance-genealogique/1-8-…

Le jour où je me suis retrouvé devant le panneau de la ville : Fontevraud-L'Abbaye... Je m'attendais à lire Fontevrault-L'Abbaye...

Dans la Vienne nous avons le dictionnaire géographique de Redet, dans le 79 c'est un dictionnaire identique par Ledain, une liste de ces dictionnaires sur Gallica :
http://issuu.com/a.dhermy/docs/dictionnaires_geographiques
http://blog.bnf.fr/uploads/gallica/2009/04/dictionnairesgeographie1.pdf

Mais rien sur le Maine et Loire ! L'équivalent Maine et Loire a été réalisé par Célestin Port (1828-1901), c'est aussi un "archiviste" comme Rédet et Lédain.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Célestin_Port

Notice sur la vie et les travaux de M. Célestin Port par Jules Lair - 1902
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1902_n…

Comment accéder à ce dictionnaire ? Sachant qu'il y a plusieurs volumes :
Par le site des Archives du Maine et Loire, Il y a la version originale et une version révisée et complétée :
http://www.archives49.fr/recherche/archives-en-ligne/dictionnaire-historiqu…
Si je clique sur la lettre F, cela fait apparaître : Fab-Fut, ensuite je clique sur Fab-Fut ou rechercher, cela ouvre une fenêtre, je clique sur la 2e ligne qui correspond à la pagination 167-195, cela ouvre une page sur Fontevraud.

Sinon les trois volumes de l'édition originale sont sur archive.org, ici le 2e tome :
Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire - Tome 2 (D-N) - Célestin Port - 1876
http://archive.org/details/dictionnairehis03portgoog
Cliquer sur le nom de "Author" pour voir apparaître les autres volumes.


Que dit Célestin Port ?

Fontevraud
Locus qui dicitur Fons Ebraudi (Bulle de 1106)
Locus qui Fons Ebraudi vulgari nomine appellatur 1108 circa (Cartulaire, ch. 839)
Locus qui Fons Ebraldi vocatur 1106, 1108, ect. (Cartulaire)
Fons Ebraudus 1129 (Ib. ch. 609, etc.)
Fontevau, Frontevau XIIe siècle (Cartulaire de Libaud, ch. 27, 28, etc.)
Fronteval, 1189 (Ch. de Savigny)
Frontevaux, XVIIe siècle
C'est la forme qu'emploie toujours Ménage, Voir vie de Math. Ménage, p. 53 et 63.
« C'est ainsi qu'il faut parler, dit-il, nonobstant l'origine... et qu'il y a déjà longtemps que cette prononciation est en usage.» (Hist. de Sablé, 1ère partie, p. 82).
Fontevrault (Ann. et Postes). Cette orthographe, usitée dès le XVIe siècle, est devenue d'usage officiel, sans aucune raison.
La seule forme, que l'éthymologie justifie, est celle que nous adoptons.

Célestin Port, vers 1876, a retenu Fontevraud et non Frontevrault.


Voyons maintenant l'argumentation du docteur Bontemps (né en 1855), dans une revue de la Société des lettres, sciences et arts du Saumurois, en 1912 :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414895m/f79

L'ORTHOGRAPHE DE FONTEVRAUD
 

La cause est entendue : Mlle Peton, notre distinguée et fort érudite collègue, ne nous aura point adjurés en vain de rompre avec la routine officielle. La Société des Lettres, Sciences et Arts du Saumurois jure de ne plus écrire Fontevrault, mais bien Fontevraud, dussent les postiers en blêmir, et malgré toute la force du « Si volet usus ».
C'est donc sans esprit de retour ou de chicane que je veux ici passer une revue rapide des diversités que j'ai relevées, de ci, de là, dans l'orthographe du mot qui nous occupe.

Locus qui dicitur Fons Ebraudi...
    (Bulle de 1106).

Locus qui Fons Ebraudi vulgari nomine appellatur...
    (1108 circa Cartul. ch. 839).

Locus qui Fons Ebraldi vocatur...
    (1106, 1108, etc. Cartul.)

Fons Ebraudus.
    (1129. Cartul. ch. 609, etc.)

Fontevau, Frontevau.
    (XIIe S. – Cart. de Libaud, ch.27, 28, etc.)

Fronteval.
    (1189. Chr. de Savigny)

Frontevaux.
    (XVIIe S.)

Cette nomenclature, tirée de l'article du Dictionnaire de Célestin Port (T. II, p. 167), ne résume pas toutes les différences orthographiques.
L'article du Dictionnaire de Bayle vaut d'être cité :
« Fontevraud ou plutôt Fronteuraux.– Le nom latin dans les anciens titres est Fons Ebraldi. Dans l'épître CC. de Saint Bernard, ce lieu est nommé Fons Eberaudi. Selon cette origine, il faudrait dire Fontevraux, et plusieurs le font aussi. Mais M. Ménage déclare qu'il faut dire Frontevaux avec les peuples d'Anjou et du Poitou.

On a inféré ici la lettre r comme dans le mot fronde dérivé du latin funda, et dans le mot fromage dérivé de formaticum. Il y a longtemps qu'on a inféré cette lettre, car on trouve dans la Chronique de Savigni, p. 317 « Anno Domini 1189 obiit Henricus Rex Angliae, octavis Apostolorum Petri et Pauli, et sepulsus est apud Fronteval » (cité par Ménage. - Origine de la Langue française) ».

Moreri écrit Fontevraud.

Chassant et Delbarre dans leur Dictionnaire de Sigillographie (1860), en reproduisant le sceau de l'abbaye, écrivent Fontevraud.

Poursuivons par l'examen de certaines pièces intéressantes figurant à notre Exposition rétrospective :

Acte passé à Saumur, in-f° parchemin.
    5 février 1575 - Font Evrault.

Arrest du Conseil d'Etat.
    1641 - Fontevrault.

Advis donné au Roy.
    1641 - Font evrault.

Regula ordinis.
    1642 - Font-Evrauld

Honorat Nicquet.
    1642 -  Font-Evraud.

Le portrait gravé qu'a exposé M. le comte de Beaumont porte : « Marie Magd. Gabriele de Rochechouard de Mortemard,
Abbesse, Chef et Gle de l'abbaye et ordre de Fontevraud ».

Terminons par ces trois gravures de Gaignières très aimablement offertes à la Société par notre éminent collègue M. Etienne Port :

1° Veue de l'abbaye et. du bourg de    
                                     Fontevrault, en Anjou. 1699.

2° Vue de l'abbaye et du bourg de    
                                     Fontevraut, en Anjou. 1699.

3° Porte de l'Eglise des Religieuses (Porte Papale)    
                                    Fontevraud.

Gaignières est éclectique et conciliant.

Aujourd'hui l'Administration et les Postes ont admis Fontevrault. Nous ne saurions mieux dire que Célestin Port (loc. cit.) :

« Cette orthographe, usitée dès le XVIe S., est devenue d'usage officiel, sans aucune raison. La seule forme, que l'étymologie justifie est celle que nous adoptons : Fontevraud ».

La Société des Lettres, Sciences et Arts du Saumurois doit à Célestin Port et se doit à elle-même de ne plus écrire autrement.

Une discussion s'engage à ce sujet entre le Colonel Picard, Mlle Peton et le Dr Bontemps.

Le Colonel Picard dit que naguère les noms propres n'avaient pas d'orthographe ; que depuis on a adopté la consécration de l'usage local pour l'écriture et la prononciation.

Mlle Peton tient à ce que l'on supprime l comme une superfétation de la traduction au.

Le Colonel Picard répond que les noms analogue à Fons Ebraldi (traduit Fontevrault), tels que Rinaldus, Giraldus, Thibaldus, etc., sont traduits également pa Renault, Girault, Thibault, autant que par Renaud, Giraud, Thibaud ; qu'en France on a longtemps écrit Rinald, Gerald, Thibald ; ce que l'on continue d'ailleurs à l'étranger : Rinaldo, Reinold, etc.

Que la lettre l ne doit donc être considérée que comme une tradition, une survivance ;
Que la discussion ne peut porter que sur les lettres b et d d'Ebrald traduites en v et t dans Evrault. Or le b et le v, comme le d et le t sont équivalents dans toutes les langues.

L'orthographe de jadis n'était que la transcription de la phonétique, interprétation abandonnée au scribe auquel on dictait.
Combien de noms, ajoute le Colonel Picard, il faudrait réformer de même, si l'on entrait dans cette voie, et il a peur que la Société ne s'épuise à une tâche à laquelle l'Académie ne peut suffire.



Un autre document de la même société, en 1913, pose cette fois la question : FRONTEVAULX OU FONTEVRAUD ?


Société des lettres, sciences et arts du Saumurois - N° 13 - Octobre 1913
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4148994/f60

FRONTEVAULX OU FONTEVRAUD ?

Origines Celtiques de Robert


D. de CHAVIGNY

Tous les anciens géographes Mercator, Jean Blaeu, etc., ont désigné la célèbre abbaye sous le nom de Frontevaulx. Une carte du duché d'Anjou, qui date des dernières années du XVIe siècle (1), adopte cette orthographe.
Balderic, abbé de Bourgueil, d'Argentré, dans son histoire de Bretagne, la nomment ainsi. Enfin c'est sous cette forme que ce nom s'est conservé, jusqu'à nos jours, dans le langage populaire.

On peut donc considérer comme certain que le nom de Frontevaulx fut bien, jusqu'au XVIIe siècle, celui que le peuple et les savants employèrent pour désigner cette localité.
Ce furent les moines du XIIIe siècle qui, ne comprenant pas ce mot celtique, Front, inventèrent la fontaine miraculeuse et la légende du bandit Evraud.

Les historiens du xvne siècles les copièrent, et c'est ainsi que le nom de Font Evraud prévalut.

Que veut dire ce mot celtique Front-vaulx

Un vieux Breton, qui habitait autrefois Saumur, l'explique ainsi dans des notes manuscrites qu'il m'a laissées (2). Je vous demande la permission d'en citer quelques lignes :

Le nom de ce lieu, dit-il, est purement celtique. Il devait désigner, depuis un temps immémorial, l'endroit choisi par Robert. La forme véritable et primitive de ce nom est Front vaux ou Front vaulx.
Ce nom, sous la forme de Frontval, se retrouve dans d'autres points de l'ancien territoire gallique. C'est le val ou les vaulx arrosés par un cours d'eau, en celtique F'froud ou F'frond, le son ou se changeant fréquemment en on.
Une foule d'anciens noms de lieux ont été ainsi altérés et défigurés dans les monuments latins du Moyen-Age ; les anciennes dénominations étaient devenues incompréhensibles depuis la disparition des idiomes celtiques, comme par exemple le Louroux que les moines traduisirent par Oratorium ou Laboratorium.

Quant au cours d'eau qui arrosait le val, il portait le nom celtique de Ras-tiat ou Ras-Stiat. Le nom de Rets et celui de Ras-Basté rappellent ce nom. (Rhat Stath Yhi est le nom d'une rivière de la Grande-Bretagne).

A l'antique noyau préhistorique même de la noble cité salmurienne ; au côteau qui domine l'ancien bras de la Loire et qui est percé de grottes dont l'origine, comme habitations, se perd dans la nuit des temps, apparaît encore aujourd'hui ce nom de Ras, sous celui de Bois-do-Ré, bois du Ras (3). De même que celui de Rastiat, nom antique de notre cité Salmurienne.

Qui ne verrait même, dans le vieux souvenir du brigand Evraud et de sa tour, la trace de la transformation du culte et des rites druidiques en culte et en rites chrétiens ? Robert d'Arbrissel, trouvant cette religion encore pratiquée dans le vieux Repaire, le vieux gîte (Groall, Guvâl) au bord de la fontaine sacrée, du F'front, ne le détruisit pas, et convertit le prêtre druidique, Evraud, qui y résidait. »

Cette explication de la légende d'Evraud en vaut bien une autre. Elle permet de comprendre une des raisons qui déterminèrent Robert à s'arrêter en ce lieu et à y établir sa colonie de pénitents. Les Apôtres des Gaules choisissaient volontiers les lieux depuis longtemps consacrés par l'usage au culte de la Divinité pour y ériger leurs autels. Ils renversaient l'idole et conservaient le temple, et les populations habituées dès longtemps à honorer la Divinité en ce lieu ne s'apercevaient pas qu'on avait changé de Dieu.

Quant à un culte et à un prêtre druidiques, sans doute il n'en existait plus au temps de Robert, mais il est bien probable que des superstitions et des cérémonies, mystérieux souvenirs des cultes anciens, persistaient encore parmi les sauvages habitants de la forêt de Bor.

Cette raison ne fut sans doute pas la seule qui décida Robert dans son choix. L'aspect des collines arides, couvertes d'ajoncs et de bruyères, qui entouraient l'étroit vallon, devaient rappeler au fils de l'Armorique son pays d'origine.
Il ne faut pas oublier que Robert était Breton et non seulement Breton, mais issu d'une famille de Druides bretons. C'est sans doute à cette origine que l'on doit attribuer ses tendances féministes, selon l'heureuse expression de Mlle Peton, notre savant collègue.

Son père, Damalioc, et sa mère, O'rgan, appartenaient, l'un et l'autre, à cette mystérieuse caste sacerdotale des Druides. Balderic, le premier panégyriste de Robert, s'étend avec complaisance sur cette noble origine. « Robertus filius ex Presbyteris oriendus ». Et il appelle sa mère « Filia Presbyteri ».

Or, dans la religion druidique, la femme joue un rôle prédominant. La Koridgwen, la Vierge Céleste, est plus proche de Dieu, plus semblable à lui que l'homme. La race Celtique reconnaissait chez la femme une supériorité intuitive, quelque chose de plus divin, qui la mettait à même de mieux comprendre les choses du Ciel. Aussi est-ce la Femme, la Vierge, compagne inséparable de Bali (le Feu), créateur primordial de l'univers, qui, dans la religion druidique, est l'éducatrice de la jeunesse. C'est pour elle que les Bardes emploient leurs épithètes les plus riches. Pour Elle, la Radieuse, la Brillante, la Resplendissante, la Rosée Céleste... Gwen, l'emblème du Génie divin, de la Science universelle, Gwen l'Educatrice, qui conduit ses disciples, ses marcassins, entendre, sous le pommier, les leçons de Myrddym, le vieux sanglier.
Il n'est pas surprenant que Robert, imbu, par un long atavisme, de ces idées, ait confondu la Koridgwen de ses ancêtres avec la Vierge des chrétiens, et qu'il ait, dans la constitution de son institut, attribué à une femme, à une Vierge, ce rôle d'Educatrice, de Directrice de l'Ordre qu'il fonda.

En agissant ainsi, il choquait ses contemporains, non seulement à leur point de vue social, mais dans leurs croyances religieuses. Le christianisme romain, religion d'origine Sémite, voyait, chez la femme, cause de la perte du genre humain, un être frappé de la réprobation divine, soumis à un état perpétuel d'infériorité et de soumission. Cette idée, au Moyen-Age, était encore celle de tout le
monde et, en donnant la supériorité à la femme, idéalisée sous la figure de la Vierge Marie, on semblait faire acte de paganisme.
Aussi se trouva-t-il grand nombre de gens, parmi les laïques aussi bien que parmi les clercs, pour blâmer Robert. Certains évêques et abbés lui reprochèrent ces idées et l'accusèrent d'imprudence en face du danger que cette conduite pouvait faire courir à son bon renom et à la religion qu'il prêchait. (4)


(1) Cette carte gravée par Licimo Guytes, Angevin, n'est pas datée, mais le lieu où se donna la bataille de Moncontour y  est désigné par ces mots: « Prœlium hic commissum quod vulgo Moncontour nomen ». Elle est donc postérieure à cette bataille (1569).

(2) Une partie de ces notes ont été publiées dans l'Echo Saumurois (1873).

(3) Je crains que, dans ce cas, mon savant celtisant ne se soit fort avancé. Le Bois-Doré appartenait au Roi, d'où son nom de Bois du Roi, Bois-do-Ré.

(4) Pour mettre tout le monde d'accord, partisans du Druide avec ceux du bandit, je propose l'étimologie suivante Fronte-vau du latin Fronte uallorum, Frons dans le sens de tête, sommet. Frontevau le sommet de la vallée.


Un autre article où on est surpris par le choix de Fontevraud :
De l'élection des abbesses de Fontevraud à leur nomination par le Roi - S. Tunc - 1992
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/abpo_0399-0826_1992_…
Page 212 :
On peut être surpris par l'orthographe de Fontevraud. Au xixe siècle, on écrivait Fontevrault. Mais, depuis 1968, l'orthographe est fixée à Fontevraud, qui se rapproche
davantage de son nom d'origine : Fons Evraud, ou Fons-Evraldi (ou Ehraldï).


Remarque, dans la Société des Lettres, Sciences et Arts du Saumurois, à la même époque, outre le docteur Bontemps, nous avons un autre érudit sur Fontevraud, le colonel Picard, qui serait partisan de Fontevrault, et Desmé de Chavigny qui propose Frontevaulx.
Voir le chapitre 5) de :
http://saumur-jadis.pagesperso-orange.fr/recit/ch40/r40d10er.htm

La Société des Lettres, Sciences et Arts du Saumurois (ou S. L. S. A. S.)
http://slsas.saumur.free.fr
http://slsas.saumur.free.fr/popup/historique.htm


Fontevraud Depuis 1968 ? Sachant que l'adjonction de l'abbaye date de 1927.
http://chevgate.perso.neuf.fr/juin_2004.htm
La commune de Fontevraud l'Abbaye - La flamme postale de Fontevraud
Au milieu de la page : Permanente : 1969-1985 --> A noter : le changement d'orthographe de "Fontevrault"


Visite Abbaye de Fontevraud sur RCF Anjou (30 minutes) :
Pour accéder aux émissions archivées il faut un compte.
http://podcast.rcf.fr/emission/136062/366655
ou :
http://www.rcf.fr/radio/RCF49/emission/136062/366655
Les sites RCF ont un temps de réponse qui peut être long.

RCF 22 - Bienheureux Robert d'Arbrissel, moine cénobite, prêcheur et fondateur de l'abbaye de Fontevrault en Anjou - 2 Novembre 2010 (25 minutes)
http://podcast.rcf.fr/emission/124874/145401


Rêves de Robert d'Arbrissel (2) - par Jérôme Paressant
http://vimeo.com/channels/cities/8818789


Emmenez-moi - passer une nuit à l'Abbaye de Fontevraud avec Xavier Kawa-Topor - 22062012
http://www.franceinter.fr/emission-emmenez-moi-passer-une-nuit-a-l-abbaye-d…



Le docteur Frédéric Bontemps a écrit une bibliographie sur Fontevraud

Société des lettres, sciences et arts du Saumurois - N° 14 - Janvier 1914
Quelques curiosités de bibliographie Fontevriste
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414900x/f28.image.langFR

Société des lettres, sciences et arts du Saumurois - N° 15 - Avril 1914
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4149019/f68.image.langFR

Société des lettres, sciences et arts du Saumurois - N° 16 - Juillet 1914
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414902p/f87.image.langFR

Société des lettres, sciences et arts du Saumurois - N° 17 -  Octobre 1914
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4149032/f92.image.langFR

Société des lettres, sciences et arts du Saumurois - N° 18 -  Janvier 1916
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414904f/f78.image.langFR

Il y a une suite qui n'est apparemment pas disponible sur le Net ? Mais sur le site de l'association on lit :
Soit par la lettre B : Bontemps :
http://slsas.saumur.free.fr/b_glossaire.htm
Soit par la lettre F, Fontevraud
http://slsas.saumur.free.fr/f_glossaire.htm

bibliographie de Fontevraud, par le Dr Bontemps, (n° 15, p. 65-90 ; n° 17, p. 82-104 ; n° 18, p. 74-80).
curiosités bibliographiques de Fontevraud, par le Dr Bontemps, (n° 14, p. 24-34 ; n° 15, p. 65).
Donc il n'y a pas de suite, car le docteur Bontemps décède en 1916.




Que disent les cartes anciennes :

FRONTEVAULX : D. de CHAVIGNY parle d'une carte gravée par Licimo Guytes, Il y a une carte de la même période :
Andegavensium ditionis vera et integra - descriptio Licino Guyeto - Guyet Lézin, 1579
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84393548/f1.item
Où l'on lit :
FRONTEVAULX








La carte de Cassini : on lit Font Evrauld (source IGN, référence : Cassini - Richelieu n° 66) :






La carte d'Etat-Major : on lit Fontevrault (source IGN, référence : SAUMUR - Feuille n° 4EM119NE de 1839) :







Les articles sur Fontevraud de la Société des lettres, sciences et arts du Saumurois disponible sur Gallica :


Ce qu'était devenue l'Abbaye de Fontevrault en 1795 - F. Uzureau
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4148947/f14.image.langFR


Exposition rétrospective de Fontevraud (1099-1792) en juillet-août 1912, suivi de Éphémérides de l'exposition de Fontevrault
Tableaux, livres sur Fontevraud, etc...

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414895m/f4.image.langFR

La légende et le miracle d'Evraud - Colonel L. Picard
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414897c/f18.image.langFR

Suivi de La Fontaine miraculeuse de Saint-Robert
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414897c/f25.image.langFR

Extrait du grand nécrologe de Fontevraud
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414897c/f51.image.langFR

Robert d'Arbrissel et la fondation de Font-Evraud - Conférence du 26 juillet 1912, lors de l'exposition de Fontevraud
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414897c/f65.image.langFR


Une légende calomnieuse - Colonel Picard
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414898r/f9.image.langFR

Les prieurés Fontevristes d'Angleterre - Docteur Bontemps
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414898r/f89.image.langFR



La sainte Vierge religieuse à Fontevrault - Colonel Picard
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4148994/f54.image.langFR


Richard Cœur de Lion délivré par les prières de Fontevrault - Colonel Picard
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414900x/f17.image.langFR

Légendes et miracles de l'Abbaye de Fontevrault - Colonel Picard
Le Mai du Baron

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414900x/f61.image.langFR


Légendes et miracles de l'Abbaye de Fontevrault - Colonel Picard
Les quatre-vingt tombeaux de Robert d'Arbrissel - La dent de Saint-Christophe - La danse macabre - R. R. R. R.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4149019/f28.image.langFR


Légendes et miracles de l'Abbaye de Fontevrault - Colonel Picard
La Sainte-Epine - Une Abbesse excomuniée - La Querelle des surplis - A qui les crosses ?

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414902p/f31.image.langFR



Légendes et miracles de l'Abbaye de Fontevrault - Colonel Picard
Les enfants des Abbesses

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4149032/f75.image.langFR


Légendes et miracles de l'Abbaye de Fontevrault - Colonel Picard
Méluzine à Fontevrault - Entre Sainte-Catherine et Saint-Jean - Le Robert - La léproserie de Fontevrault - La vision du frère Joseph Audry - Sainte Amildis et Saint-Guillaume - Religieuses Hérétiques

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414904f/f43.image.langFR

Un schisme à Fontevrault - Les filles du calvaire - Colonel Picard
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414905t/f16.image.langFR

Suivi de un enlèvement de Religieuses Fontevristes
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414905t/f23.image.langFR

Légendes et miracles de l'Abbaye de Fontevrault - Colonel Picard
Le petit cochon du curé de Vernoil

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414905t/f51.image.langFR

La Réforme à Fontevrault - Les dix mille martyrs à Fontevrault
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k414905t/f56.image.langFR


Une fête nationale à Fontevrault (1799) - F. Uzureau
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124615v/f16.image.langFR


Une élection mouvementée à l'Abbaye de Fontevrault (janvier 1791) - Chanoine Uzureau
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124617m/f42

Les archives de l'Abbaye de Fontevrault - Chanoine Uzureau
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124617m/f164


Une lettre de l'abbesse de Fontevrault (1657) - Chanoine Uzureau
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1246180/f61.image.langFR


L'hospice de la Sainte-Famille à Fontevrault - Colonel Savette
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k124624t/f222.image.langFR



Chercher les articles sur Fontevraud à l'aide du site de la Société des lettres, sciences et arts du Saumurois (c'est simple et rapide) :
http://slsas.saumur.free.fr/f_glossaire.htm
_________________
il n'y a pas des hiérarchies il n'y a que des differences


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 1 Juil - 21:11 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
pictavius
Ptit nouveau
Ptit nouveau

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2012
Messages: 108
Localisation: Ile de France
Date de naissance: 30/12/1952
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0
Renaudot(s): 681
Moyenne de Renaudot(s): 6,31

MessagePosté le: Lun 2 Juil - 19:59 (2012)    Sujet du message: Fontevraud (suite) Répondre en citant

Une émission récente sur l'histoire de Fontevraud, pratiquement identique à celle que j'ai mise trouvée sur RCF Anjou.

Celle-ci étant accessible sans compte utilisateur pour quelques jours :

La Cité idéale de Fontevraud, près de Saumur

Une visite historique par le directeur du site

http://podcast.rcf.fr/emission/196127/385938
_________________
il n'y a pas des hiérarchies il n'y a que des differences


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:23 (2017)    Sujet du message: Fontevraud ou Fontevrault ou Frontevraulx

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    BIEN VIVRE EN LOUDUNAIS Index du Forum -> LOUDUN et ses proches environs -> LA REGION AUTOUR DU LOUDUNAIS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème subSilver modifié par Caro